L’histoire de Spotify : naissance et évolution du leader de la musique en streaming

Spotify, cette application de musique en streaming qui ne peut manquer sur tout smartphone qui se respecte, est déjà un classique du secteur numérique. Avec plus de 232 millions d’utilisateurs actifs mensuels, une présence dans 65 pays et plus de 100 millions d’utilisateurs payants (en août 2019), ce géant a franchi le pas en 2018 d’entrer en bourse, dans le but d’améliorer sa compétitivité face à des entreprises comme Apple et son service iTunes, Pandora ou Amazon Music lui-même.

Mais d’où vient la populaire application verte ? Dans ce billet, nous allons vous en dire un peu plus sur l’histoire de ce géant moderne de la musique en streaming.

Comment est né Spotify ?

Spotify est d’origine suédoise et est né de l’union des deux passions de son créateur, Daniel Ek : les ordinateurs et la musique. Daniel était si précoce qu’il a fondé sa première entreprise alors qu’il n’avait que 14 ans : il a même engagé ses camarades de lycée pour travailler à la création et à la conception de sites web.

À 16 ans, Ek a essayé de travailler pour Google, mais il a été rejeté parce qu’il n’avait aucun diplôme. Il a donc fondé Advertigo, une société de marketing en ligne dans laquelle il a fait une belle carrière. À tel point qu’à l’âge de 23 ans, en 2006, il a vendu Advertigo au géant international Tradedoubler. Et c’est une étape cruciale dans la naissance de son projet star, puisqu’il a convaincu l’un des fondateurs de Tradedoubler, Martin Lorentzon, lui aussi suédois, de réaliser l’investissement nécessaire pour que Spotify voie le jour.

Un nom que nous avons pris l’habitude de lire et d’entendre et qui, curieusement, a été généré par hasard dans un échange de mots entre Lorentzon et Ek alors qu’ils cherchaient un nom pour la nouvelle création. L’un d’eux a compris Spotify, il l’a aimé, et comme il n’était pas enregistré, il est allé l’enregistrer.

Ainsi, une fois le nom choisi, les ingénieurs ont commencé à développer l’application, d’abord uniquement pour les ordinateurs, et le modèle de musique en streaming de Spotify était né. A titre de curiosité, parmi les développeurs se trouvait, par exemple, le créateur de uTorrent, intégré peu après BitTorrent.

L’histoire de Spotify : naissance

Bien que Lorentzon et Ek aient créé Spotify en 2006, les négociations avec les maisons de disques pour l’octroi de licences sur les chansons ont retardé de plus de deux ans son lancement public.

Lors de son lancement le 7 octobre 2008, Spotify a été conçu comme une application permettant d’écouter de la musique en ligne via un ordinateur, et n’était initialement disponible que dans quelques pays européens comme la Suède, la Finlande, la Norvège, la France, le Royaume-Uni et l’Espagne. Les utilisateurs pouvaient accéder à des millions de chansons sans avoir à télécharger quoi que ce soit.

Bien sûr, si vous vouliez accéder à l’application gratuitement, vous deviez être invité, sinon vous deviez souscrire à un abonnement payant. Mais avec l’apparition de l’iPhone et des smartphones Android, Spotify a compris que s’il voulait devenir quelqu’un, il devait être présent sur les téléphones des utilisateurs. En 2009, il a donc créé l’application mobile afin que les utilisateurs puissent emporter la musique avec eux sur leur smartphone. Ils ont également créé le mode Premium, qu’ils ont maintenu jusqu’à ce jour, ainsi que les modes gratuit et illimité.

L’histoire de Spotify : arrivée aux Etats-Unis

Malgré tous les problèmes rencontrés par les maisons de disques américaines pour entrer dans Spotify en raison des droits sur les chansons, la plupart d’entre elles ont fini par comprendre qu’elles devaient y être, et en 2011, la société a débarqué aux États-Unis, en concurrence étroite avec iTunes, qui remporte pour l’instant la bataille des utilisateurs actifs.

L’histoire de Spotify : devenir une plateforme

Peu après son arrivée aux États-Unis, le créateur de Spotify a annoncé en novembre 2011 la conversion de Spotify en une plateforme pouvant héberger des applications tierces, Spotify Platform. Comme l’a expliqué Daniel Ek, elle va au-delà de la musique, et c’est pourquoi des magazines comme Rolling Stone ont été intégrés à la plateforme avec leur propre chaîne ou des applications permettant de voir les paroles des chansons comme TuneWiki. L’idée était de faire découvrir à l’utilisateur la musique sous toutes ses coutures, et de faire en sorte que Spotify soit plus qu’un simple lecteur de chansons.

Spotify offre également aux utilisateurs la possibilité de voir ce que leurs contacts écoutent et même de partager ce qu’ils écoutent avec eux.

Spotify Free supprime la limite d’heures d’écoute

Bien que je n’en aie pas encore parlé, les utilisateurs de Spotify se souviendront de la limitation « fastidieuse » de 20 heures de musique par mois qu’il a imposée à sa version gratuite. Oui, c’était un… revers pour ceux qui ne voulaient pas passer à la version Premium, même si l’objectif de Spotify avec cette mesure était précisément cela.

Cependant, en 2014 est venue la grande nouvelle, et le géant de la musique en streaming a annoncé la suppression définitive de la limite de 20 heures… mais gratuitement ? Enfin, seulement en échange de publicités sporadiques que vous ne pouvez pas ignorer, entre certaines chansons. C’est le « prix » que paient désormais les utilisateurs gratuits de Spotify.

Toujours en 2014, Spotify a ajouté une partie de merchandising d’artistes à sa plateforme en s’associant avec Topspin, et un an plus tard, elle a poursuivi son engagement envers l’expérience utilisateur en s’associant avec Starbucks pour « mettre de la musique dans les cafés ».

L’aspect social de Spotify

Au fil des années, la plateforme a dû s’adapter à la poussée des médias sociaux. En 2016, Spotify s’est associé à Facebook pour que ses utilisateurs puissent partager de la musique via Messenger, et peu après, la plateforme de musique en streaming a conclu un accord avec Twitter pour que vous puissiez écouter les chansons Spotify sans quitter le réseau social.

Parallèlement, Spotify a également fait une place dans son histoire à la photographie, en rachetant la plateforme CrowdAlbum afin que les utilisateurs puissent partager des photos et des vidéos des performances de leurs artistes préférés, et elle a également lancé ses propres séries. En 2016, Spotify a également ratifié le succès de sa liste « Discover Weekly », qui repose sur des découvertes hebdomadaires adaptées à chaque type d’utilisateur et générées en fonction de leurs goûts musicaux. Personnalisation à la puissance.

Depuis, Spotify n’a cessé de croître et de lancer de nouveaux produits, réfutant chaque jour les voix qui prônent sa chute, affrontant de nouveaux rivaux comme Tidal et interrogeant ceux qui remettent directement en cause son modèle économique.

Spotify suit les grandes tendances technologiques et l’avant-garde des contenus

L’un des derniers paris de Spotify : le géant du streaming continue de miser sur sa division podcast et pour la dynamiser, il a acquis deux sociétés dédiées à ce domaine :

  • Gimlet Media, l’un des grands producteurs de podcasts au niveau international, pour une transaction qui a dépassé les 200 millions de dollars (environ 170 millions d’euros).
  • Anchor, une société qui fournit aux créateurs de podcasts des outils pour construire, diffuser et monétiser leurs programmes.

Cette stratégie, au-delà de répondre à l’énorme croissance des podcasts dans le goût des utilisateurs, lui permettra également de développer un nouveau canal pour la consommation de son activité principale.

En outre, Spotify n’a pas voulu être à la traîne en termes d’avancées technologiques. Les recherches et l’interaction avec les appareils par commande vocale sont une tendance qu’elle a souhaité rejoindre, et en mai 2019, elle a annoncé le lancement de ses nouvelles annonces par commande vocale.

Dans un premier temps, ces types de publicités sont destinés aux auditeurs de certaines listes de lecture ou de podcasts spécifiques, et ils demanderont aux utilisateurs de parler pour interagir avec le contenu de la publicité.

Si l’utilisateur ne répond pas ou dit autre chose que la commande vocale, la publicité sera diffusée jusqu’à la fin, et ne sera activée que pour les utilisateurs qui ont activé le contrôle vocal dans Spotify.

Quelle sera la prochaine action de la reine de la musique en continu ? Nous resterons à l’écoute pour vous informer des nouveaux chapitres de l’histoire de Spotify.

Découvrez également :