Qu’est-il arrivé à Lycos, le moteur de recherche qui survit encore à l’ère de Google

Je suis sûr que si vous pensez à un moteur de recherche sur Internet, le premier nom qui vous vient à l’esprit est le tout-puissant Google. Mais il y a une vie au-delà de Google, Bing, Yandex… Il s’appelle Lycos. Les plus nostalgiques se souviendront de lui, et pendant des années, il a été en avance sur les autres grands moteurs de recherche.

L’histoire de Lycos, le dernier survivant

Lycos est né en 1994 à la suite d’un projet universitaire et a été pendant un temps le premier des moteurs de recherche, jusqu’à l’apparition de Yahoo des années plus tard, et déjà en 1998 de Google, qui les a presque tous battus. En tant que moteur de recherche pionnier, il a eu la même stratégie de croissance que celle du géant Google. Cependant, il semble que son chemin n’ait pas abouti.

Nous vous racontons l’histoire du chercheur qui survit encore : Lycos. Vous vous souvenez de lui ?

Mais ce dont beaucoup se souviendront, c’est de l’image du chercheur et de son chien. Un Labrador noir qui a captivé toute une époque. Il y a même eu des publicités télévisées qui utilisaient un vrai Labrador qui « cherchait » des choses dans la réalité.

L’entreprise a changé de mains à plusieurs reprises et appartient désormais à la société indienne de marketing en ligne Ybrant Digital, qui l’a rachetée en 2010 pour 30 millions de dollars, bien qu’elle maintienne toujours son siège dans le Massachusetts, aux États-Unis. Mais avant de parvenir à ces mains, Lycos a eu plusieurs propriétaires, dont l’espagnol Terra Networks, une filiale Internet de Telefónica.

Lycos et son… affaire avec Telefónica

Pendant les années de la bulle Internet, Telefónica, par le biais de sa filiale espagnole Terra, a acheté Lycos pour 12,5 milliards de dollars, mais la fusion ne s’est pas bien passée pour la multinationale et quelques années plus tard, elle a voulu la vendre. Il est passé du statut de plus gros investissement multinational de Telefónica à celui de plus gros fiasco.

L’achat de l’entreprise en 2000 avait pour objectif de faire de Telefónica l’une des grandes puissances de l’Internet et de pouvoir ainsi couvrir tous les domaines, y compris celui de l’Amérique du Nord. Pendant ces années, la fusion de Terra et de Lycos a offert aux utilisateurs tout ce qu’ils voulaient dans un seul portail, mais c’est la mauvaise gestion de tout ce pouvoir qui les a conduits à l’échec.

Déjà en 2002, la société valait beaucoup moins en bourse que ce que Terra avait payé et finalement en 2004, Telefónica a réussi à vendre ce qui restait de Lycos pour 0,8 % de la valeur pour laquelle elle l’avait acheté à un site web sud-coréen, Daum, qui le vendrait ensuite à Ybrant Digital, le propriétaire actuel.

La transformation de Lycos

Si vous l’avez utilisé comme moteur de recherche aujourd’hui, il n’est pas aussi horrible ou aussi dépassé que vous pourriez le penser. Ce n’est évidemment pas Google, mais pour les recherches essentielles, il peut être utile. Il y a une vie au-delà de Google !

Aujourd’hui, la société a conservé certaines de ses anciennes propriétés, comme WhoWhere, Lycos Chat ou le Tripod lui-même. Mais le plus étrange est qu’en 2015, Lycos est entré dans le monde du portable en lançant une montre intelligente destinée aux sportifs.